Accueil > Articles > Conseils techniques

Manipulation des mygales

Attention ! Ce n'est pas parce qu'il est possible de manipuler les mygales, qu'elles sont toutes candidates, et qu'il faut le faire, s'il s'agit d'une espèce calme, de façon intempestive !

En effet, il n'est pas question de manipuler toutes les mygales si on n'est pas un éleveur ou un professionnel chevroné. Certaines espèces, comme les Poecilotheria, les Acanthoscuria, Les Haplopelma ou autres Pterinochilus ne doivent pas être manipulées par des amateurs. La plupart des connaisseurs évitent eux-même de le faire, car certaines, outre leur agressivité, lorsqu'elles se sentent menacées, répondront immédiatement avec une réelle agressivité. Les Poecilotheria préfèreront prévenir d'abord, en frappant de leurs deux pattes ambulatoires (les plus longues) les doigts ou l'instrument qui approchent. Les Pterinochilus feront de même, en se dressant sur leurs pattes pour vous impressionner. Et ensuite viennent les morsures si vous continuez à la déranger.

Il existe beaucoup d'agressivités différentes chez les mygales, mais dans un premier temps, une mygale dite agressive qui possède une cachette prendra toujours la fuite pour échapper au danger...sauf s'il s'agit d'une proie potentielle. D'ailleurs, rangez vos doigts si une mygale d'une bonne taille a très faim. Il faudra parfois qu'elle ait planté un crochet ou deux avant de se rendre compte que la proie est bien trop grosse !

En règle général, il faut toujours se méfier, même d'une espèce dite docile, car elle peut être surprise, ou affamée...Cependant, il s'agit de remettre les mygales à leur place, en précisant qu'aucune espèce ne vous sautera à la gorge ! On ne voit ça que dans les films ! Pour se faire mordre, il faut "le chercher". Les morsures occasionnées sont toujours ou presque le fruit de manipulations ou d'interventions hésitantes ou trop confiantes !!

Si pourtant vous possèdez une mygale qui peut être manipulée, et que vous souhaitez la prendre, la première façon (photo) de la saisir est de la coiffer entièrement de votre main, et de serrer doucement vos doigts vers votre paume, pour prendre la mygale comme dans un étau. Ses pattes seront serrées contre son corps, et ses mouvements impossibles si elle est bien maintenue.

Une Grammostola qui ne peut plus rien faire... - 7.2 ko

Une Grammostola qui ne peut plus rien faire...

Sur cette photographie, il s'agit d'une Grammostola Roseus, à l'approche d'une mue (ce qui explique les couleurs atténuées habituellement très roses). Une fois dans cette position, la mygale ne peut bouger, et d'ailleurs elle n'essaye même pas.

La seconde manière de faire, est de la maintenir tout d'abord contre la surface sur laquelle elle se trouve, en appuyant sur son cephalothorax (partie dure centrale du corps de la mygale), pour qu'elle soit comme "clouée au sol". Vous devez exerçer une pression suffisamment forte, et vous allez voir que les mygales possèdent une grande force ! Ne craignez rien, le cephalothorax est très résistant. Une fois immobilisée, prenez-la fermement, un doigt de chaque côté du cephalothorax. Faites attention qu'elle ne se retourne pas !

Les avicularia n'aiment pas être manipulées de la sorte... - 8.4 ko

Les avicularia n'aiment pas être manipulées de la sorte...