Accueil > Articles > Conseils techniques

La stomatite

Le chancre buccal

Votre reptile présente-t-il une hypersalivation au niveau de la commissure des écailles labiales (lèvres) ?

Si la réponse est oui, alors il présente le syptôme d'une stomatite, appelée aussi chancre buccal ou mouth rot en anglais (gueule pourri). Attention : il ne faut pas confondre avec une affection pulmonaire type rhinite infectieuse débutante, associant une respiration difficile et des petites bulles par le nez entre autres. Ce qui va suivre vous permettra de faire la différence.

Il s'agit d'une affection bactérienne de la cavité oro-pharyngienne, dont les deux prodromes, ou signes cliniques précoces, sont l'anorexie et l'hypersalivation. Dans la forme débutante de la maladie, on note une congestion gingivale généralisée accompagnée de petites taches rouges appelées pétéchies, disséminées ici et là le long de la dentition. La cavité buccale est alors oedématisée et couverte d'une mucus translucide et mousseux, assez collant !

Dans la forme plus avancée, de véritables ulcères se développent autour de certaines dents, allant jusqu'à les déchausser. Ces ulcères deviennent rapidement purulents : c'est la forme ulcérative purulente de la stomatite. On peut observer alors une paralysie de la langue, qui ne peut plus s'extériorisée, ou reste pendant hors de la cavité buccale.

Ensuite, des nécrose apparaissent qui aggravent le tableau clinique : il s'agit alors de la stomatite ulcéro-nécrotique purulente.

Evidemment, cette maladie n'apparait seule ; il existe des facteurs déclenchants bien déterminés :

Le stress physiologique, provoqué par :
- le transport
- les manipulations trop nombreuses
- une brusque variation de températures (rappelons encore que les reptiles sont poïkilothermes, ce qui veut dire que leur température interne dépend excluvement de la température externe).
- la surpopulation dans un terrarium
- la cohabitation d'espèces difféntes

Une anorexie prolongée.

des tentatives répétées et traumatiques de gavage par une sonde oro-gastrique.

une poly-affection parasitaire, interne et externe, qui l'affaiblissent.

des blessures buccales occasionnés par les les morsures de rongeurs.

une abrasion chronique du rostre, ou abrasion rostrale, très connue chez le Physignatus Coccincinus ou agame aquatique quand il est trop à l'étroit !

Tous ces facteurs fragilisent le reptile, parfois à tel point que ses défenses immutaires s'effondrent, laissant ainsi la part belle aux bactéries opportunistes qui déclenchent la stomatite. Ces bactéries, appartenant à la flore oro-pharyngienne, ne sont sont nullement dangereuses tant que l'animal est en pleine santé, et sont présentes normalement chez le reptile. Elles se nomment Pseudomonas sp. , Aeromona sp., Klebsiella sp., Proteus sp., Enterobacter sp., etc.

Cette affection étant fatale à court terme si elle n'est pas soignée de façon précoce, c'est à dire dés l'apparition des premiers symptômes, il est fortement conseillé de soigner rapidement : sans quoi elle évolue fatalement en septicémie, en broncho-pneumonie et entérite purulente.

Prise précocément , cette maladie se soigne bien avec de la chlorhexidine dilué à 1/10 ou 1/20 selon l'espèce. En cas de doute contactez quand même un spécialiste ! Il est recommandé d'appliquer cet antiseptique 3 fois par joursur les lésions gingivales jusqu'à disparition complète des symptômes. Appliquez le produit avec un coton tige en prenant soin d'aller dans le sens antéro-postérieur (de l'avant vers l'arrière), ou avec un petit pinceau (mais qui ne vous permettra que difficilement d'ôter les débris nécrotiques éventuels).

Dans le cas d'une forme avançée de stomatite (les deux autres formes décrites plus haut), il est conseillé d'injecter du Baytril® en intra-musculaire (attention dosages !!), en supplémentant l'animal de vitamines A,B et C pendant le traitement.

Bien entendu, corrigez les erreurs commises sans attendre !